LES CANDIDATS

Boomerang 2017 a rassemblé les points de programme ou les prises de positions officielles des candidats sur les 8 enjeux principaux de la défense de la famille et de la filiation.

Le site est régulièrement mis à jour.
Emmannuel Macron
Mères porteuses
PMA sans papa
Droit des orphelins
Sexe ou genre
Tous pour le mariage
Education/école
Politique de la famille
Transhumanisme

« La CEDH laisse la possibilité à chaque État d’autoriser ou d’interdire la GPA sur son sol. Pour ma part, je n’autoriserai pas la GPA en France et je poursuivrai le travail déjà engagé par notre pays au sein de la Conférence de la Haye pour lutter contre les dérives et les trafics par un encadrement strict de la GPA à l’échelon international. » 

Questionnaire pour l’élection présidentielle, Inter-LGBT, page 2
http://www.lgbt2017.fr/files/alex_4/1492605511-questionnaire-inter-lgbt-em.pdf


« Je ne suis pas favorable à autoriser la GPA en France mais je m’engage à ce que les enfants issus de la GPA nés à l’étranger voient leur filiation reconnue à l’état-civil français. Comme tous les enfants, nous avons le devoir de les protéger. La circulaire du 25 janvier 2013 permettant de reconnaître les enfants nés d’une gestation pour autrui à l’étranger n’est pas uniformément appliquée sur le territoire français, ni dans tous les consulats. Je souhaite donc la compléter selon la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme. Dans le même temps je lancerai une initiative internationale afin de s’attaquer au problème de la GPA très peu payée et subie et lutter contre le trafic d’enfants et de femmes. »

Source : Lettre aux LGBTI, 16 avril 2017
https://storage.googleapis.com/en-marche-fr/lettres/Lettre%20aux%20LGBTI_EM.pdf


« Nous assurerons la participation de la France à une initiative internationale pour lutter contre les trafics et la marchandisation des femmes liés au développement de la GPA dans le monde. Une telle démarche est d’ores et déjà en préparation à la Convention de la Haye, sur le modèle de ce que cette Convention a réalisé en matière d’adoption internationale pour lutter contre le trafic d’enfants. […]

Nous ne sommes pas favorables à autoriser la gestation pour autrui (GPA) en France. Ce sujet soulève un débat sur la capacité à disposer de son corps et à le marchandiser.

Nous assurerons que les enfants issus de la GPA nés à l’étranger voient leur filiation reconnue à l’état-civil français, selon la jurisprudence de la Cour Européenne des Droits de l’Homme. Il n’est pas possible de traiter ces enfants comme des étrangers dans leur propre pays. »

Source : Programme de Monsieur Emmanuel Macron



« A mes yeux, c'est un débat impossible à trancher. Je lancerai une initiative internationale pour lutter contre le trafic d'enfants et des femmes ; il faut s'attaquer à la racine du problème : la GPA très peu payée et subie par les femmes, en Inde par exemple. En revanche, il faut permettre la reconnaissance des enfants nés par GPA à l'étranger. On ne peut pas les laisser sans existence juridique. Ces enfants participent d'un projet d'amour. Il faut arrêter l'hypocrisie, et je porterai ce projet pour compléter la circulaire Taubira. »

Source : Têtu n°213 Mars / Avril 2017


« Comme je l’ai précisé dans mon programme, je suis favorable à l’ouverture de l’accès à la PMA aux couples de femmes et aux femmes célibataires. L’avis consultatif du CCNE prévu ce printemps viendra éclairer le législateur en la matière.
Cet accès pourra se faire, comme c’est le cas pour les couples formés d’une femme et d’un homme, aussi bien pour les couples de femmes non mariées que mariées et dans les mêmes conditions de prise en charge par la sécurité sociale que pour les PMA avec tiers donneur existantes. » 

Questionnaire pour l’élection présidentielle, Inter-LGBT, page 1
http://www.lgbt2017.fr/files/alex_4/1492605511-questionnaire-inter-lgbt-em.pdf


« Nous sommes favorables à l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) pour les femmes seules et les couples de femmes.
Il n’y a pas de justification juridique pour que la PMA ne leur soit pas ouverte. Pour avancer de façon pédagogique, nous souhaitons attendre l’avis du Comité consultatif national d’éthique (CCNE), afin d’assurer dans la société un vrai débat, pacifié et argumenté. »

Source : Programme de Monsieur Emmanuel Macron


«Je souhaite qu'on avance de manière pédagogique. A titre personnel, je suis favorable à la PMA pour les couples de femmes. 95% des PMA pour les couples hétérosexuels sont thérapeutiques. Il n'y a pas de justification sur le plan théorique pour que la PMA ne soit pas décidée. Mais je souhaite qu'on attende l'avis du CCNE afin qu'il y ait un vrai débat dans la société : si un tel débat aboutit favorablement je légaliserai la PMA, mais je ne le porterai pas comme un combat identitaire.»

Source : Têtu n°213 Mars / Avril 2017

« Comme je m’y suis déjà engagé, je défendrai la loi du 17 mai 2013 ouvrant le mariage et l’adoption aux couples de personnes de même sexe contre toute tentative de la remettre en cause. Sachant que 65% des enfants naissent aujourd’hui de parents non mariés en France, l’adoption, aujourd’hui autorisée uniquement aux couples mariés et aux célibataires, elle pourrait être élargie. Les couples pacsés devraient notamment pouvoir adopter. »

Questionnaire pour l’élection présidentielle, Inter-LGBT, page 1
http://www.lgbt2017.fr/files/alex_4/1492605511-questionnaire-inter-lgbt-em.pdf

« Nous défendrons le mariage pour tous, qui est un acquis fondamental du quinquennat en cours. »

Source : Programme de Monsieur Emmanuel Macron

« La filiation est toujours un engagement, un statut que l’on endosse en se déclarant parent d’un enfant au regard du droit et en assumant les responsabilités qu’implique ce statut.

Elle peut être fondée non seulement sur la procréation, ce qui est le cas le plus fréquent, mais aussi sur l’adoption, et de plus en plus sur l’engendrement avec un tiers donneur (de sperme, d’ovocyte..) dans le cadre de la procréation médicalement assistée. Ces trois façons de devenir parents doivent être reconnues à égalité de droit et de dignité. »

Source : Programme de Monsieur Emmanuel Macron

« Il n'y a pas un modèle de famille. On est en train de découvrir que la filiation peut être naturelle ou construite. Il suffit de lire la littérature française : c'est une question qui a toujours existé. Il faut l'expliquer d'un point de vue anthropologique : quand un couple de même sexe adopte un enfant ou procréé avec la PMA, il réinscrit l'enfant dans une filiation. Une famille c'est un couple, des enfants, mais aussi des grands-parents. Ce qui fait le socle d'une famille, c'est le projet d'existence. »

Source : Têtu n°213 Mars / Avril 2017

« Oui, il convient de mener une réflexion prospective sur l’enregistrement à l’état civil des personnes intersexuées en complément de ce qui a été réalisé sur l’état civil pour les personnes trans. » 

Questionnaire pour l’élection présidentielle, Inter-LGBT, page 1
http://www.lgbt2017.fr/files/alex_4/1492605511-questionnaire-inter-lgbt-em.pdf

« La loi de modernisation de la justice du XXIème siècle a simplifié la procédure de changement de sexe à l’état civil pour les personnes trans […]. C’est un grand progrès dans le respect des droits des personnes trans, et de leur identité personnelle. Alors que le décret d’application vient tout juste de paraître, il ne paraît pas raisonnable de s’engager déjà dans une nouvelle réforme. […] Je compléterai cette avancée afin que l’identité de genre ne puisse plus être un motif potentiel de discrimination et veillerai au respect des droits fondamentaux des personnes trans. »

Questionnaire pour l’élection présidentielle, Inter-LGBT, page 1
http://www.lgbt2017.fr/files/alex_4/1492605511-questionnaire-inter-lgbt-em.pdf

« Nous publierons les noms des entreprises qui ne respectent pas l’égalité salariale entre les femmes et les hommes. Nous testerons au hasard, et massivement, les entreprises pour vérifier qu’elles respectent bien la loi en la matière. »

Source : Programme de Monsieur Emmanuel Macron 


«Les ABCD ont fait naître une polémique et je ne les réintroduira pas. Ils ont renvoyé certains et certaines à leur propre normativité. C'est la preuve que ces enseignements ont été mal présentés. Ce qui est inacceptable, c'est le harcèlement des minorités qui existe dans l'environnement scolaire comme familiale, dans la rue, dans le voisinage. Comment déconstruire les stéréotypes ? Pour moi, cela ne passe pas par des manuels ou des guides. Mais les associations peuvent intervenir dans le temps scolaire, et beaucoup se battent avec courage.»

Source : Têtu n°213 Mars / Avril 2017

«..la loi Justice du XXIème siècle a répondu à ces préoccupations en allégeant la procédure  [la procédure de changement de sexe à l'état civil]. »

Source : Têtu n°213 Mars / Avril 2017

«Au fond, c'est de notre façon de concevoir l'universel qu'il est question, ainsi que de notre capacité à pratiquer la bienveillance. En quoi donner des droits à quelqu'un vous prive-t-il de quelque chose ? Je constate l'opposition presque indépassable entre d'un coté une souffrance sociale, et de l'autre des indignations radicales. La fonction d'un président n'est pas de prendre parti personnellement sur ces sujets mais d'accompagner le dépassement de certains clivages et de favoriser le dialogue. C'est pourquoi j'ai beaucoup de respect pour les militants qui mènent des combats de longue date pour faire avancer les choses.»

Source : Têtu n°213 Mars / Avril 2017


«Je ne suis pas sûr que la reconnaissance d'une indétermination permette de régler le problème. C'est plutôt la reconnaissance des différences qui est importante. Il n'y a pas de genre neutre, mais une orientation personnelle ce de quoi on est fait, les hasards de la vie, les doutes qu'on peut avoir, qui font que chacune et chacun est singulier. Ne créons pas un grand tout qui nous acquitterait sur le plan moral. Il faut une politique de la reconnaissance, de la considération, accepter pleinement que des gens soient différents. Ils ont une place pleine et entière dans la société. Beaucoup de ceux qui devraient défendre cela ne le font pas, et j'ai du mal à le comprendre - je pense en particulier à certains catholiques qui prônent l'esprit de bienveillance par ailleurs.» 

Source : Têtu n°213 Mars / Avril 2017


«J'ai été élevé par des femmes, ma grand-mère, ma mère. Ma femme est en même temps ma meilleure amie. Moi-même, pourtant, je pâtis des représentations habituelles. J'ai une culture rentrée qui est trop normative et contre laquelle je travaille. Les réflexions des femmes qui travaillent avec moi m'ont fait bouger. C'est très appauvrissant de ne pas être féministe. Pour changer la politique, il faut être féministe, c'est une obligation morale. Ce n'est pas parce qu'on met trois femmes au gouvernement que les choses changeront.» 

Source : Têtu n°213 Mars / Avril 2017



« Nous défendrons le mariage pour tous, qui est un acquis fondamental du quinquennat en cours.

Cette loi n’enlève rien aux couples de sexe différent : elle reconnaît aussi les couples de même sexe. Elle n’enlève rien aux couples composés d’un père et d’une mère. C’est un enrichissement de ce qu’est la famille en France. Cela montre son importance et sa diversité pour chacun d’entre nous. »

Source : Programme de Monsieur Emmanuel Macron


« Des familles de plus en plus diverses.

Une diversité d’histoires biographiques se traduit par une diversité de configurations familiales :

- Couples mariés, pacsés et concubins

- Parents unis et parents séparés

- Familles monoparentales

- Familles recomposées

- Familles homoparentales.

Toutes ces configurations familiales ont droit à une égale considération, toutes ont la même mission : les soins et l’éducation de l’enfant, le guidage et l’accompagnement du jeune dans son apprentissage progressif de l’autonomie. »

Source : Programme de Monsieur Emmanuel Macron


« Il n’y a pas un modèle unique qui représenterait la « vraie » famille.

Les familles sont de plus en plus diverses : il faut pouvoir les reconnaître et permettre à chacun de vivre sa vie de couple et ses responsabilités parentales.

Le quinquennat qui s’achève a permis de progresser dans la reconnaissance de cette diversité. Toutefois, si l’égalité est édictée dans la loi, elle n’est pas entière et l’injustice perdure dans la vie. Trop de personnes ont encore du mal à vivre normalement, parce qu’elles subissent des discriminations du fait de leur homosexualité. »

Source : Programme de Monsieur Emmanuel Macron


« La loi du mariage pour tous était, à mes yeux, à la fois souhaitable et nécessaire. Elle constitue un acquis que je défendrai.»

Source : Têtu n°213 Mars / Avril 2017

«Je veux conduire un travail de pacification de la société et de lutte pour l'égalité des droits en application et en actes. Il faut ramener celles et ceux qui se sont opposés au mariage pour tous à comprendre ce qui se passe dans la société. J'ai défendu le mariage pour tous en tant que citoyen et je les protégerai si je suis élu président. Cette loi n'enlève rien à la famille, elle reconnaît d'autres types de famille. C'est un enrichissement et en rien un reniement de ce qu'est la famille en France. Cela montre son importance et sa diversité pour chacun d'entre nous. Mais c'est plus particulièrement le combat contre la souffrance quotidienne que vivent les LGBT, surtout hors des métropoles, dont je ferai ma priorité. Un rejet, une homophobie ordinaires se sont installés, on l'a vu dans les chiffres de SOS Homophobie. Il y a encore beaucoup de régions ou ce n'est pas compris ni accepté.»

Source : Têtu n°213 Mars / Avril 2017

«Il n'y a pas un modèle de famille. On est en train de découvrir que la filiation peut être naturelle ou construite. Il suffit de lire la littérature française : c'est une question qui a toujours existé. Il faut l'expliquer d'un point de vue anthropologique : quand un couple de même sexe adopte un enfant ou procréé avec la PMA, il réinscrit l'enfant dans une filiation. Une famille c'est un couple, des enfants, mais aussi des grands-parents. Ce qui fait le socle d'une famille, c'est le projet d'existence»

Source : Têtu n°213 Mars / Avril 2017

« Depuis la rentrée scolaire 2015, la lutte contre la haine anti-LGBT doit être abordée dans le cadre de l’enseignement moral et civique. Les personnels de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur seront ainsi formés à la prévention et à la lutte contre les LGBTphobies, en formation initiale et continue. Des ressources pédagogiques devront par ailleurs être produites à destination des élèves et des enseignants. Le soutien aux associations intervenant en milieu scolaire et dans l’enseignement supérieur sera évidemment maintenu et des campagnes de prévention et de lutte contre les LGBTphobies devront être menées régulièrement. »

Questionnaire pour l’élection présidentielle, Inter-LGBT, pages 2 et 3
http://www.lgbt2017.fr/files/alex_4/1492605511-questionnaire-inter-lgbt-em.pdf

Question de Konbini : « Hashtag jeunesse ? » 
Réponse : « Il y a une chose dont je suis convaincu, c’est qu’on n’a pas à dire à la jeunesse ce qui est bon pour elle. » 

Question de Konbini : « Hastag porn ?»
Réponse : « Bah, ça fait partie de la vie. » 

Source : Konbini, Interview Hasthag

« Le premier chantier sera celui de l’éducation et de la culture. C’est la condition de notre cohésion nationale. C’est pourquoi je veux remettre la transmission des savoirs fondamentaux, de notre culture et de nos valeurs au cœur du projet de notre école et de nos universités. »

Source : Programme de Monsieur Emmanuel Macron


« Les mêmes chances pour tous nos enfants.

 Nous donnerons la priorité à l’école primaire pour que tous les élèves sachent lire, écrire et compter en arrivant en 6e. 

 Nous interdirons l’usage des téléphones portables dans l’enceinte des écoles primaires et des collèges.  

 Nous donnerons plus d’autonomie aux équipes éducatives. Elles seront suivies et évaluées. La formation des enseignants sera adaptée à ce nouveau cadre.  

 Nous limiterons à 12 élèves par enseignant la taille des 12 000 classes de CP et de CE1 en zone prioritaire. Ces enseignants recevront une prime annuelle de 3000 euros nets. Et ils seront plus expérimentés: d’ici 2022, ceux affectés en zones prioritaires auront au moins 3 ans d’ancienneté. 

 Nous rendrons possible le rétablissement de parcours bi-langues au collège, de parcours européens et d’un véritable enseignement du grec et du latin. 

 Nous proposerons à tous un accompagnement après la classe. Au collège, nous rétablirons les études dirigées après la classe grâce à des bénévoles (étudiants et retraités).  

 Nous moderniserons le baccalauréat. Il y aura désormais 4 matières obligatoires à l’examen final. Les autres seront validées par un contrôle continu.  

 Nous renforcerons l’autonomie des universités. Elles pourront recruter leurs enseignants et définir leurs formations.  

 Nous ouvrirons 80 000 places dans les filières professionnalisantes.  

 Nous demanderons à chaque lycée professionnel et université de publier ses résultats (débouchés, salaires, etc.) sur les 3 dernières années.  

 Nous construirons 80 000 logements pour les jeunes.  

 Nous ouvrirons les bibliothèques en soirée et le week-end.  

 Nous créerons un «Pass Culture». Il permettra à chaque Français de 18 ans d’effectuer 500 euros de dépenses culturelles (cinéma, théâtre, livres...). Nous ne retirerons pas un euro au budget du ministère de la Culture. » 

Source : Programme de Monsieur Emmanuel Macron
(Détails des propositions sur l’éducation ici : https://en-marche.fr/emmanuel-macron/le-programme/education

 


[Dans la partie égalité entre les femmes et les hommes]

« Objectif 1 : Aider les femmes à concilier vie familiale et vie professionnelle 
Nous lutterons pour l’émancipation des femmes. 
- Contre toutes les attaques qu’il subit, nous défendrons le droit à l’interruption volontaire de grossesse (IVG). 
- Pour que les couples soient à égalité face aux modes de garde des enfants et empêcher les passe-droits, nous obligerons les communes à publier en ligne leurs critères d’attribution des places de crèche, puis à mettre en place systématiquement un système de cotation des demandes. Dans le même temps, nous soutiendrons l’effort massif de construction de places de crèche. 
- Pour que les femmes soient à égalité face au congé maternité, nous créerons un congé de maternité unique garanti pour toutes les femmes quel que soit leur statut (salariée, entrepreneuse, intermittente, non-salariée, statut multiple, etc.) aligné sur le régime le plus avantageux. Par exemple, nous alignerons la durée du congé maternité des indépendantes sur celle des salariées, soit de 44 jours (jusqu’à 74 jours) vers 56 jours (jusqu’à 112 jours).  
Nous mènerons une politique familiale et fiscale plus incitative pour les femmes qui souhaitent travailler.  
- Parce que l’impôt ne doit pas décourager le travail des femmes, nous créerons une option d’individualisation de l’impôt sur le revenu. 
- Car aujourd’hui, certains couples mariés paient davantage d’impôts que si les deux membres du couple vivaient seuls. Cela pèse particulièrement sur des classes moyennes, où l’un des conjoints travaille à temps plein et où l’autre, à temps partiel, est lourdement imposé quand il souhaite travailler davantage.  

Objectif 2 : permettre aux femmes de vivre de leur travail. 
Nous voulons que le travail des femmes soit enfin rémunéré à sa juste valeur. 
- Pour accélérer l’égalité professionnelle et salariale dans les grandes entreprises, le Défenseur des Droits aura pour mission de favoriser les opérations de contrôle aléatoires et imprévus à grande échelle sur les politiques salariales et de ressources humaines, et de rendre publics les résultats.
Nous nous engageons à ce que l’Etat soit exemplaire dans ce domaine. 
- Nous mettrons en œuvre la parité dans les nominations des grands postes de l’Etat (agences et directeurs d’administration). Il est grand temps d’assurer l’égalité professionnelle dans la fonction publique !  

Objectif 3 : lutter sans relâche contre le harcèlement et les agressions qui touchent les femmes. 
Les violences contre les femmes et le harcèlement sont les plus inacceptables de toutes. 
Nous agirons pour faire changer les mentalités, par une grande campagne de sensibilisation mais aussi par un durcissement de notre arsenal judiciaire. 
- Nous lancerons dès la première année du quinquennat une campagne nationale de communication et de sensibilisation sur le sujet du harcèlement et des violences faites aux femmes. 
- Nous augmenterons le montant des amendes pour incivilité pour qu’enfin le harcèlement ne soit plus toléré dans l’espace public. Elles seront exigées immédiatement. 
Nous protègerons et accompagnerons mieux les femmes victimes de violence ou de harcèlement. 
- Nous accélérerons la généralisation du téléphone d’alerte pour secourir plus rapidement les victimes de violence. Ce dispositif, expérimenté dans plusieurs départements, a déjà sauvé des vies. 
Accordé par le procureur de la République après évaluation du danger encouru par la femme victime de violences, le téléphone d’alerte permet de garantir à la victime une intervention rapide des forces de sécurité, en cas de grave danger et donc avant la commission de nouveaux faits de violences. 
Nous ne parviendrons pas à assurer la parité en politique tant que les structures politiques ne prennent pas ce sujet au sérieux. 

Nous montrons déjà l’exemple au sein d’En Marche ! avec : 

- La parité dans nos délégués nationaux 

- La parité dans nos instances d’investiture (6 femmes et 3 hommes)

- La parité dans nos cadres territoriaux

- La parité dans nos candidatures aux législatives. Non pas la parité de façade (qui consiste à investir des candidats là où l’on pense que la partie est perdue d’avance), mais la parité dans toutes les circonscriptions qui nous paraissent favorables. »

Source : Programme de Monsieur Emmanuel Macron 


[Rien pour le moment.]

Laisser son mail pour être informé